Archives de catégorie : Photos

La piscine abandonnée

Grand amateur de piscines, mon cœur se serre à la vision désolante de cet établissement abandonné des bords de Seine.

Les algues ont envahi le bassin principal, la terre craquelé laisse entrevoir le bleu du fond du petit bassin, et le grand toboggan domine le paysage désolé de ce qui fut autrefois un lieu vibrant de vie et d’animation.

Ainsi il nous est rappelé que les œuvres du génie humain ne sont pas éternelles, que parfois la nature reprend le dessus sur l’homme, et que notre civilisation est, comme toute les civilisations, périssable. Un avant-goût de l’ère post-humaine qui arrive à grand pas?

 

 

Vestiges égyptiens…

Continuant mes balades le long de la Seine, je suis tombé sur cette maison, aujourd’hui abandonnée aux tagueurs et paint-balleurs…

IMG_7294-LR

 

L’accès un peu labyrinthique donne une irrépressible envie d’entrer…

IMG_7304-LR

 

Dedans tout n’est que luxe, calme et volupté…

IMG_7317-LR

 

Vue imprenable sur la forêt environnante…

IMG_7316-LR

 

IMG_7308-LR

 

Partout, la lumière…

IMG_7331-LR

 

Une série de fenêtres, qui accompagnaient un escalier que l’on imagine majestueux…

IMG_7324-LR

 

Il ne faut pas toujours suivre les indications facétieuses!

IMG_7320-LR

 

Au sous-sol, la fresque mystérieuse d’un tagueur un peu plus inspiré s’amuse à donner un air égyptien à ce lieu pourtant si francilien…

IMG_7334-LR

Le port de l’angoisse

Après Argenteuil, j’ai poussé encore plus loin vers le Nord mes explorations péri-urbaines, attiré par le grand, l’immense Port de Gennevilliers. Je l’avais déjà contemplé depuis l’A15, et intrigué, j’avais alors appris qu’il s’agissait du plus grand port fluvial de France, et un des plus grands d’Europe.

A Gennevilliers, il ne faut pas s’attendre à la vision nostalgique du port, avec ses bateaux, ses quais, ses marins et ses dockers. L’accès aux darses est réservé à la noria des semi-remorques et strictement interdit au visiteur. Tout y est de dimension inhumaine. L’homme y est d’ailleurs rare et invisible, caché derrière les pare-brises des camions et des charriots porte-conteneurs. Avec ces engins, un homme seul empile des conteneurs de 12m de long et de 20 tonnes comme si c’était des briques de Lego.

IMG_4961-LR1024

 

La pluie venait de tomber. La lumière traversait les nuages pour frapper le métal des conteneurs et des réservoirs.

IMG_4955-LR1024

 

Et il n’y a guère que le bleu décati d’un poste électrique devant son algeco pour nous rappeler les mers lointaines d’où viennent toutes ces marchandises.

IMG_4963-LR1024

 

Avant de partir, une barre abandonnée (mais en était-ce vraiment une?) nous rappelle qu’autrefois on voyait des bateaux dans les ports…

IMG_4970-LR1024