Bon courage

L’autre jour, en allant à la piscine, un collègue qui me souhaite « bon courage ». « Pourquoi bon courage », lui réponds-je, « c’est un plaisir de nager, pas besoin de courage pour ça ». Et lui de me dire: « pour toi peut-être, mais moi je déteste nager, c’est vraiment la galère… »

A ce moment, j’ai compris pourquoi, instinctivement, j’avais tant de mal avec les « bons courages » que l’on entend de plus en plus, à l’adresse d’une caissière à Monoprix, des gars qui nous servent au resto d’entreprise, à la boulangerie…

Ils vous disent « bon courage! », mais en vérité, au fond d’eux, ils pensent: « tu as vraiment une vie minable, tu es dans la galère, heureusement je suis dans une situation bien supérieure, bonne chance pour t’en sortir ». En vérité, pas mal de mépris et de commisération sous une formule apparemment sympathique et amicale.

SVP, ne souhaitez plus bon courage aux gens qui font simplement leur boulot, et qui peuvent en être légitimement fiers. Stoppons l’épidémie du « bon courage » en France!

On a besoin de courage physique pour escalader une falaise ou affronter une maladie grave, ou de courage intellectuel pour affronter l’opinion majoritaire, mais pas pour simplement faire son boulot ou pour aller nager.

Une réflexion au sujet de « Bon courage »

  1. carapace

    Bonjour Silb,

    Nous sommes le vendredi 27 septembre 2013, il est bientôt 17h, heure française, les nuages ont disparu de l’horizon bleu, le ciel azur est comme une invitation au farniente et vous êtes toujours au turbin.

    Je vous souhaite donc bon courage.

    Facile, mais sincère !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*