Nuit Blanche et obscure clarté du tunnel

Samedi, après être monté à Paris pour fêter les 25 ans de la réunification allemande au Kiez (c’était blindé!), nous avons décidé de profiter de la Nuit Blanche 2015.

On s’attendait à l’oscillation habituelle entre foutage de gueule et génie – et sur ce point on a été servi – mais c’était surtout l’occasion de visiter la fameuse Petite Ceinture qui nous tentait. Revue de détail – avec les commentaires du catalogue officiel!

Tout a commencé par une performance d’artiste, sous le crépitement des smartphones – un gars qui saute dans un trampoline inséré dans un nuage en polystyrène:

IMG_3860-LR1024

Dix mètres au-dessus de l’ancien chemin de fer de la Petite Ceinture, flotte un nuage. Installé sur cet élément à la fois réel et évanescent, solide et liquide, un homme accomplit un rêve d’enfant : sauter dans un nuage. Ignorant les frontières imposées par l’Homme et les murs qu’il construit, le nuage, immatériel et éphémère, se fait allégorie de nos désirs et de notre insatiable envie de conquête.

WTF! Mais après, tout pourquoi pas…

 

La foule s’engouffre ensuite dans le tunnel, certains tentant de marcher en équilibre sur les rails pour échapper au chemin caillouteux, et c’est parti pour 1,5km de marche dans l’obscurité.

IMG_3867-LR1024

 

Un peu plus loin, une installation sonore.

IMG_3875-LR1024Au cours de la résidence « Arts aux pôles » à l’Institut Paul-Emile Victor à Ny-Ålesund (Spitzberg) durant l’année polaire internationale de 2008, Dominique Blais a enregistré quotidiennement les fréquences et variations du champ magnétique à l’aide d’un récepteur radio VLF. À partir de ces fréquences radio naturelles récoltées dans le cercle arctique, inaudible pour l’oreille humaine, il a créé un ensemble d’oeuvres et de documents phonographiques. Apparatus est un dispositif qui invite le public à écouter le son brut, intime et singulier d’un paysage polaire et astral, réel et imagé, puis son interprétation par quatre musiciens invités par l’artiste en 2013 : Krikor, Mika Vainio, Stephan Mathieu et Rhys Chatham.

Foutage de gueule. Définitivement.

 

On arrive à d’étranges fresques organiques et changeantes, générées par le simple truchement de pompes et de petits tuyaux judicieusement placés sur les murs, laissant couler et mélangeant sur les parois des liquides visqueux aux couleurs vives.

IMG_3886-LR1024

 

On trouvera même un coeur pour les romantiques:IMG_3889-LR1024

Dans la pénombre d’un tunnel désaffecté de l’ancien chemin de fer de la Petite Ceinture, d’immenses formes organiques envahissent lentement les parois, formant des halos aux couleurs étranges. Véritable métaphore d’une vie organique qui prolifère en tout lieu, cette installation de Michel Blazy confronte la fragilité des apparences, qui changent tout au long de la nuit, et la rémanence du vivant, qui transmute l’espace : apparition, expansion, disparition, décrépitude des surfaces, évanescence des formes et transformation des matières… Dans cette interprétation d’une autre grotte Chauvet contemporaine, la vie semble renaître et avec elle l’espoir d’un autre monde.

Pas sûr que l’espace soit transmuté, mais pas mal du tout!

 

Puis c’est la sortie du tunnel…

IMG_3893-LR1024

 

…qui mènera ensuite aux jardins bio et au café-cantine de la Recyclerie (sympa).

Nous terminerons la soirée à la Paroisse St Hélène.

IMG_3895-LR1024

En se confrontant à la réalité sociale et politique contemporaine, Pascal Marquilly associe l’acte créatif à une métamorphose esthétique permanente. Entre Déluge et réchauffement  climatique, ses cinq plans séquences (dont trois réalisés spécifiquement pour l’occasion en Océanie) présentent 50 personnes, lentement submergées par la montée des eaux. Un ciné-concert biblique, avec R. Collange, S. Eglème et D. Lataillade.

50 personnes assises sur l’écran géant, où rien ne se passe… et 2 dans la salle. Foutage de gueule!

Retour au bercail – demain il faudra se lever tôt pour aller rouler en Chevreuse !

 

 

6 réflexions au sujet de « Nuit Blanche et obscure clarté du tunnel »

  1. carapace

    Bonjour Silb,

    Merci pour ce reportage d’un banlieusard à Paris.

    J’aime bien lire sur le site internet de la REcyclerie les valeurs défendues : « La Recyclerie est un tiers lieu de loisirs axé sur les nouvelles pratiques du quotidien, baigné dans un univers qui fait la part belle au low-tech, au tangible, au manuel, à la transmission et à la réappropriation des traditions utiles. »

    Ok sympa, mais foutage de gueule ?

    Bon mardi.

    Répondre
  2. carapace

    L’oeuvre de Pascal Marquilly est prophétique, voire macabre, en sachant qu’elle s’exposait lors d’une nuit qui aura vu la côte d’azur s’endeuiller.

    Sinon, le « Sport » va-t-il revenir au premier plan de ce blog d’influence ?

    Répondre
  3. Silber Auteur de l’article

    Pour le sport, je dois dire que j’ai pas mal réorienté ce blog vers la photo – moins de texte, plus d’image.
    Mais c’est assez difficile de faire de la photo en nageant ou roulant.
    Et donc la présence du sport sur ce blog en pâtit…

    Répondre
  4. carapace

    Bonjour Silb,

    J’aimais bien votre billet « La Bretagne en hiver » avec une petite fille en plein effort joyeux genou><menton.
    http://silberblog.graphz.fr/la-bretagne-en-hiver/
    Finalement, votre texte : "J’ai nagé jusqu’à l’île" avait moins de force sportive face à son image.
    Donc, c'est assez facile de faire de la photo pour évoquer l'activité de nos membres physiques.

    J'attendrai.

    Répondre
  5. Silber Auteur de l’article

    Oui, le texte a toujours moins de force face à l’image. Et le sport reste donc à l’état de traces allusives dans ce blog (genre « demain il faudra se lever tôt pour aller rouler en Chevreuse ») – car le sport reste pour moi plus une pratique qu’un objet d’observation.

    Répondre
  6. Ping : Nuit Blanche: Glassworlds | Silberblog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*