Bogue

Le bug est l’essence même de l’Informatique.

Le bug est le lapsus linguae du langage des machines, en ce qu’il révèle l’humanité profonde et cachée de la chose programmée. De même que dans la cathédrale, où tout tend à nous élever vers Dieu, la gargouille est là pour rappeler la part profondément profane et humaine du tailleur de pierre, de même dans ces cathédrales modernes que sont les grands programmes informatiques, le bug est l’acte manqué mais profondément voulu qui porte la part d’humanité qui résiste en toute création, et lézarde la façade granitique de la rationalité triomphante.

Si le caractère proprement démoniaque du bug peut légitimement exaspérer l’utilisateur profane, le sage en acceptera avec joie le présage, signe de la prééminence des forces naturelles, et de la suprématie ultime du terrestre sur le céleste, de l’humain sur le divin. La Création de l’Homme ne peut que porter, en son programme (génétique), la marque de son géniteur : elle ne saurait donc se soustraire à son humaine origine, et nous devons nous en réjouir.

Et puis sans les bugs, si tout marchait sans difficulté, ça fait longtemps que nous autres informaticiens serions au chômage. Et puis si on ne savait pas expliquer aux clients pourquoi ça beugue, on serait carrément mal…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*